Déambulateur : comment bien le choisir ?

Dame âgée avec un déambulateur
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Les facteurs qui peuvent motiver une personne en perte de mobilité à s’équiper d’un déambulateur sont multiples, et le choix est parfois difficile à prendre car “déambulateur” rime souvent avec “vieillesse”. Pourtant, déambulateur peut s’avérer être le parfait compagnon pour garder une certaine autonomie, et pouvoir continuer à se déplacer chez soi comme à l’extérieur.

Quand acquérir un déambulateur ?

La première question à se poser est : ” un déambulateur correspond-il à mon besoin ?” Un(e) ergothérapeute pourra vous aider à y répondre.

Lorsqu’on perd sa mobilité, et avec elle son indépendance, un déambulateur est souvent un très bon outil pour pouvoir continuer à se déplacer. Lorsque la canne de marche ne suffit plus, si vous ne vous sentez plus en sécurité avec, qu’elle vous demande trop d’efforts ou que vous perdez l’équilibre, après une opération ou une longue période d’alitement, il est peut-être temps de faire l’acquisition d’un cadre de marche.

Quels critères pour choisir un déambulateur ?

il existe de très nombreux modèles de déambulateurs, allant du simple cadre de marche en aluminium, à des modèles équipés de roues, d’un fauteuil, de freins… Pour s’équiper du déambulateur adapté à son besoin, il convient de se poser quelques questions préalables :

Cadre de marche ou rollator ?

Le cadre de marche, comme son nom l’indique, consiste en un cadre en aluminium muni de quatre pieds, et de deux poignées. Il est destiné aux personnes se tenant trop en avant, et permet de se ternir solidement en position verticale. il est principalement indiqué pour se déplacer à l’intérieur de son domicile.

Le rollator est un équipement plus complexe, plutôt destiné aux déplacements en extérieur. Muni de roues, de freins, et souvent d’un panier et/ou d’un siège. Il est plus lourd, mais il n’y a pas besoin de le soulever. L’assise intégrée permet de faire des pauses. Les rollators peuvent être munis de deux, trois ou quatre roues. Plus il y a de roues, plus il est stable, mais moins il est maniable en intérieur.

Dimensions

Le déambulateur doit être adapté à son utilisateur, que ce soit en hauteur (les poignées doivent se situer au niveau des hanches) ou en largeur : Il doit être assez large pour offrir une stabilité suffisante, et assez étroit pour passer portes et couloirs du lieu de vie.

Si vous devez vous déplacer en voiture, il faudra alors sûrement opter pour un modèle pliable.

Poids

Avec ou sans roues, l’utilisateur doit pouvoir manier le déambulateur sans grande difficulté, pour pouvoir le dégager en cas d’obstacle au sol, par exemple.

Freinage et accessoires

Les modèles équipés de roues doivent avoir des freins facilement accessibles, et la possibilité de bloquer les roues.

Selon l’usage qui va en être fait, il peut être souhaitable d’opter pour un modèle équipé d’un panier ou d’un siège. il existe également des modèles disposant de porte-cannes, et même d’éclairage.

Infirmière aidant une patiente avec un déambulateur

Combien coûte un déambulateur ?

En comparaison avec d’autres équipements de mobilité, les déambulateurs sont relativement abordables. On trouvera des modèles basiques, type cadre de marche sans roues, aux alentours de 60€.

En toute logique, plus le modèle devient complexe (nombre de roues, freins, accessoires…), plus le prix augmente. Ainsi, le prix d’un déambulateur peut monter jusqu’à 300€.

Cependant, il existe des modèles plus chers encore, par exemple les modèles tout-terrain, qui permettent de se balader sur un sentier, ou fabriqués dans des matériaux plus coûteux, comme la fibre de carbone.

Dans certaines conditions, l’achat d’un déambulateur peut être partiellement ou totalement pris en charge par l’Assurance Maladie. Renseignez-vous auprès de votre caisse.

Kinésithérapeute apprenant à une patiente à utiliser un déambulateur

Conclusion

Le déambulateur est un compagnon qui permet de conserver une mobilité et une autonomie lorsque le corps se fatigue. Il permet d’assurer un équilibre supérieur à la canne de marche. S’il est simple d’utilisation, il est tout de même conseillé de consulter son kinésithérapeute, ergothérapeute ou médecin pour apprendre à bien s’en servir, et ainsi adopter la bonne posture et les bons réflexes.

Commentez, partagez...
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Vous pourriez aussi aimer...