Fauteuil roulant : mini-guide pour bien choisir

Close-up view of a wheelchair
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le marché foisonne de modèles de fauteuils roulants, chacun répondant à un besoin spécifique et présentant des caractéristiques propres. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte afin de choisir le modèle le mieux adapté à sa morphologie et à son niveau d’autonomie.

1- Les différents types de fauteuils roulants :

Le fauteuil roulant manuel

C’est le modèle le plus courant, destiné aux personnes n’ayant pas l’usage de leurs jambes. L’utilisateur(trice) peut le mouvoir à la force des bras grâce à ses grandes roues arrières.

Fauteuil roulant manuel

Le fauteuil roulant électrique

Il est généralement réservé aux personnes présentant un handicap sévère pour leur offrir une plus grande autonomie. Il se dirige avec un joystick, qui peut être placé au niveau de l’accoudoir ou autre, selon le besoin anatomique de son utilisateur(trice). Il existe de nombreux modèles de fauteuils électriques : pour l’intérieur ou l’extérieur, avec verticaliseur, à hauteur variable…

Fauteuil roulant électrique

Le fauteuil roulant pliable

Bien qu’il s’agisse d’une caractéristique que l’on trouve le plus fréquemment sur les fauteuils manuels, certains fauteuils électriques sont également pliables. Ces fauteuils sont spécialement étudiés pour prendre le moins de place possible lors des transports.

Fauteuil roulant électrique pliable

Le fauteuil coquille

Destiné aux personnes ne pouvant pas se maintenir en position assise, le fauteuil coquille offre une meilleure stabilité. Bien qu’il existe des modèles pour l’extérieur, on retrouve plus souvent ce type de fauteuil pour un usage en intérieur. En effet, il est conçu pour être mû par un aidant, et convient plutôt à des situation de maintien au domicile, ou à une utilisation en EHPAD. Les modèles les plus avancés disposent d’une fonction électrique permettant de relever l’utilisateur.

Fauteuil coquille

Le fauteuil roulant de sport

Également appelés « Fauteuils Handisport », ils sont conçus comme leur nom l’indique pour la pratique de sports en fauteuil. Les modèles du marché sont adaptés à chaque sport, afin de privilégier la vitesse, la maniabilité et/ou la stabilité.

Fauteuil roulant de sport

2- Les questions à se poser pour bien choisir un fauteuil roulant

Les trois facteurs principaux pour le choix d’un fauteuil sont :

  • Une bonne installation : qu’il s’agisse d’une utilisation ponctuelle ou permanente, il faut avant tout que son utilisateur(trice) y soit confortablement installé. C’est au fauteuil de s’adapter à son utilisateur(trice), non l’inverse. On veillera donc à adapter le modèle et les accessoires à la morphologie et aux capacités fonctionnelles de son occupant : largeur, profondeur d’assise, distribution du poids entre les roues avant et arrière, dossier, accoudoirs, porte-canne, coussin anti-escarres, etc.
  • L’environnement : Le choix du fauteuil dépendra également de l’environnement dans lequel don utilisateur(trice) devra évoluer : en intérieur, il devra pouvoir passer les pas de porte ; en extérieur, le cas échéant, il devra permettre de passer des obstacles tels que les trottoirs, ou pouvoir circuler sur un chemin.
  • L’utilisation : L’utilisateur(trice) va-t-il utiliser le fauteuil en intérieur, en extérieur ? Est-il(elle) autonome, ou accompagné(e) ? Va-t-il(elle) utiliser une voiture ? Chacun de ces critères va orienter le choix du fauteuil. Par exemple, pour une personne se déplaçant seule en extérieur, on préfèrera un modèle de pneumatiques pleins, pour éviter les problèmes de crevaison.
Black disabled man sits down on wheelchair at home

3- Acheter ou louer ?

En cas d’utilisation ponctuelle d’un fauteuil roulant, par exemple dans des situations de convalescence ou de rééducation, l’achat d’un fauteuil roulant n’est pas nécessaire, car de nombreuses enterprises en proposent à la location.

La question de l’achat se pose plus lorsqu’il s’agit d’une utilisation permanente du fauteuil, due à un handicap physique ou à une perte d’autonomie irreversible, liée à l’age, après un accident ou en conséquence d’une maladie dégénérative.

Dans tous les cas, l’obtention d’un fauteuil roulant passera toujours par sa prescription par un médecin, puis par des essais avec un ergothérapeute ou un kinésithérapeute.

Strong-willed handicapped male athlete in sport wheelchair training outside

4- La prise en charge par l’assurance maladie

La Sécurité Sociale peut prendre en charge l’achat tout comme la location d’un fauteuil roulant, à certaines conditions :

  • Qu’une ordonnance ait été dument établie, en mentionnant clairement la durée d’utilisation, le mode de propulsion (manuel ou électrique), les caractéristiques et les options.
  • Qu’il fasse partie de la liste des modèles pris en charge

L’achat ou la location d’un fauteuil peuvent être pris en charge jusqu’à 100% par l’assurance maladie, de même que sa livraison. Les réparations, en revanche, sont plafonnées par un forfait annuel :

  • Roues : 74.82 €
  • Autre (dont sellerie) : 102.39 €
  • Composants électriques : 333.65 €

Pour couvrir les dépenses engagées qui ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie, il est possible de demander un remboursement complémentaire auprès :

  • des mutuelles
  • de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de votre département, dont vous trouverez les coordonnées ICI, dans le cadre de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap).

Commentez, partagez...
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Vous pourriez aussi aimer...